Un 25e Téléthon plus fort que tout

Les lignes téléphoniques du 36 37  - la ligne du don- sont closes. Elles ont encore sonné toute la semaine dernière et j’ai eu l’occasion de prendre certains appels de nos donateurs. Beaucoup s’excusent de n’avoir pas pu être au rendez-vous de ce week-end et tiennent absolument à apporter leur pierre à l’édifice que nous construisons, en donnant durant cette semaine de sursis du 36 37. Des gens souvent modestes mais dont la fidélité et l’engagement à nos côtés m’émeuvent particulièrement. Des appels qui font chaud au cœur après un week-end fort en tensions et en émotions.   

De ce 25e Téléthon, je retiendrai la très forte complicité qui a uni le petit Raphaël et Gad Elmaleh, parrain exceptionnel tout en humour et en sensibilité, les témoignages forts des malades et leurs familles, l’émotion des chercheurs devant les avancées majeures réalisées ces 25 dernières années et l’avènement des thérapeutiques et surtout…  La fête, une fête incroyable partout dans l’Hexagone et en outre-mer, qui a crevé l’écran et fait vibrer la France entière au rythme du Téléthon.

L'élan populaire extraordinaire du Téléthon qui rend cet événement unique au monde a pris le pas sur un contexte économique et social particulièrement difficile. Preuve une nouvelle fois que le lien indéfectible qui unit la population au Téléthon est plus fort que tout. Preuve qu'avec l’engagement conjugué des malades et de leurs familles, des chercheurs, des médecins, des bénévoles, des partenaires et des artistes, tout devient possible ! Grâce à cette mobilisation qui transcende les générations et les catégories sociales, nous abordons l'étape cruciale des essais cliniques et des premiers traitements. Une nouvelle décennie d'avancées exceptionnelles démarre ! 

Aujourd’hui, alors que les projecteurs  s’éteignent, je voudrais trouver les mots –mais ils sont si dérisoires- pour témoigner de mon infinie reconnaissance envers tous ceux qui rendent cette magie du Téléthon possible. Notre combat continue et nous restons déterminés  à atteindre le but ultime que nous nous sommes fixé ensemble il y a 25 ans : GUERIR ! 

Laurence Tiennot-Herment

12/12/11

Posted in Monde associatif | Permalink | Comments (1) |

Comments

Bonjour. Nous avons perdus notre premier fils qui était atteint d'une spyna-bifida (pardon pour l'ortographe). Mon épouse est atteinte d'un cancer du sein et a des problèmes cardiaques. Pour ma part, j'ai eu une nécrose pancréatique et depuis, diabétique. Tout çà pour dire que la maladie, nous connaissons et comprenons.

Amitiés.

Posted by: boulnois | 12/12/2011

The comments are closed.