Scolarité : les grands principes à l’épreuve de la réalité

La loi de février 2005 prévoyait l’obligation pour l’Education Nationale de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires à la scolarisation des enfants en situation de handicap. Cinq ans après, on est encore loin du compte. Selon une enquête menée ces dernières semaines par notre association auprès de 738 familles, les problèmes persistent. Un quart des élèves scolarisés ont rencontré des problèmes au moment de la rentrée scolaire et 15% d’entre eux continuent, un mois après la rentrée, à se heurter à des difficultés dont certaines sont majeures : absence d’auxiliaire de vie scolaire ou temps de présence insuffisant, problèmes de transport, problèmes d’accessibilité, difficultés liées à l’adaptation du matériel pédagogique… Une maman doit, par exemple, rester toute la journée à l’école pour pratiquer les quelques aspirations endotrachéales de son fils trachéotomisé car son auxiliaire de vie scolaire n’a pas reçu la formation lui permettant d’effectuer ce geste médical.

Comme toujours, les familles sont les plus pénalisées par ces dysfonctionnements. Dans un quart des situations, ce sont elles qui pallient aux difficultés rencontrées, au dépend de leur vie professionnelle et personnelle. Combien d’années faudra-t-il encore attendre avant que tout cela évolue ? Certes,  les avancées sont réelles et très peu d’enfants se retrouvent en situation de déscolarisation, mais à quel prix pour les familles ! L’Etat doit cesser de se dédouaner, arguant que la situation de l’enfant est partiellement résolue. Il est temps de mettre tout en œuvre pour que la scolarisation des enfants en situation de handicap se passe enfin sans encombre. Cessons d’imposer aux enfants et aux familles un tel parcours du combattant. La loi promet l’égalité des droits et des chances depuis 5 ans, il serait grand temps d’en faire une réalité totale …

Christian Cottet
12/10/11

Posted in Citoyenneté | Permalink | Comments (0) |

The comments are closed.