Une conférence en trompe-l’œil

Une chose est sûre : le gouvernement a déployé les grands moyens, mercredi, lors de la seconde conférence nationale du handicap. Pas moins de 11 ministres mobilisés, la présence du chef de l’Etat, des discours très politiques sur l’importance accordée par le gouvernement aux personnes en situation de handicap. Un satisfecit gouvernemental unanime sur l’ampleur des progrès réalisés en France grâce à la loi de 2005 « pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées »  et plus spécifiquement depuis ces trois dennières années......

Difficile pourtant, pour notre association, d 'éprouver autant de satisfaction . Il faut dire que nous  attendions surtout, de cette journée,   -mais sans trop d'espoir toutefois- des réponses et de nouvelles perspectives  pour les difficultés qui subsistent aujourd’hui pour les familles, et qui rendent impossible l’application pleine et entière de la loi : dysfonctionnement du guichet unique, importance des restants à charge pour les familles, durée et complexité des demandes de financements,  inégalités territoriales, lenteurs dans la mise en accessibilité de la société, difficultés récurrente pour la scolarisation des enfants en situation de handicap … La liste est longue des sujets pour lesquels bien qu’il y ait eu ces dernières années des améliorations nous sommes encore loin du compte.

Nous nous réjouissons bien sûr de certaines annonces, et notamment de l’abondement par l’Etat des fonds départementaux de compensation que nous réclamions depuis longtemps. Les 11 Millions d’euros promis dès cette année vont peut-être permettre de relancer la dynamique et corriger les dysfonctionnements majeurs qui se multipliaient depuis deux ans. 

Les promesses sur l’amélioration des conditions de scolarisation des enfants en situation de handicap méritent également d’être notées, mais pour l’instant elles semblent peu concrètes.

Avec force a été réaffirmé que  l’échéance de 2015 prévue par la loi de 2005 pour rendre la société accessible serait respectée, malgré l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir. Quelques moyens financiers nouveaux ont été annoncés.


Mais la vigilance reste de mise. Aux promesses doivent rapidement succéder les mesures concrètes et les modalités d’application. L’heure est aussi venue d’aborder frontalement la question de l’origine du financement public de la compensation du handicap. Le dispositif adopté en 2005 a atteint aujourd’hui ses limites faisant peser un réel risque de retour en arrière pour les familles.

Le chef de l’Etat a affirmé solennellement qu’il comprenait l’impatience et la colère des personnes en situation de handicap et qu’à leur place il ferait la même chose.  La compréhension, c'est bien mais l'action c'est encore mieux. Aussi, nous attendons désormais des réponses bien réelles pour que les personnes en situation de handicap accèdent enfin à une citoyenneté pleine et entière.

 

Laurence Tiennot-Herment
10/06/11

Posted in Politique | Permalink | Comments (0) | Tags: conférence nationale du handicap |

The comments are closed.